10 livres à dévorer cet été

holiday-4520188_1280

Vacances ou non, cet été, et plus que jamais, on prend soin de soi, et on se détend au maximum.

Pour vous accompagner sur votre serviette de plage, ou la chaise de votre jardin, je vous propose 10 livres avec des univers bien différents. Pour chiller et se détendre à 100%.

Mamma Mia de Serena Guliano

 » Ciao, Sofia, qu’est-ce que je te sers ? Comme d’habitude ? Et j’ajoute un cornetto, parce qu’il faut manger, ma fille !
– Oui, merci, Maria.  »
Je m’installe en terrasse, face à la mer, comme chaque matin depuis que je suis de retour en Italie. J’aime bien travailler au son des tasses qui s’entrechoquent. Et, au Mamma Maria, j’ai toujours de la compagnie. Il y a ceux qui viennent tuer le temps. Il y a les enfants qui rêvent devant le comptoir à glaces. Il y a les ados qui sirotent un soda, monsieur le curé, et, surtout, mes partenaires de scopa.
Ici, on vient échanger quelques mots, partager un apéro, esquiver la solitude ou écouter Celentano. Moi, je viens pour me persuader que j’ai bien fait de quitter Paris… et l’autre abruti.
Il fait quand même meilleur ici.
Et puis, on cherche aussi à profiter de la bonne humeur (ou non) de Maria, qui mène, comme une mamma, tout ce petit monde à la baguette.
Bref, j’ai enfin retrouvé mon village paisible.
Enfin, paisible jusqu’au jour où…

Mon avis : Un second livre réussi. À la fin de cette lecture, j’ai eu envie de partir en Italie, déguster un limoncello dans le bar de Maria. Mais ce roman ce n’est pas que ça, il porte aussi sur un sujet d’actualités : les migrants, et la peur de l’étranger. De comment faire face à cela quand notre gouvernement n’aide pas. Abordé certes de façon légère, mais ça nous touche et interpelle.

Déjeuner en Paix de Charlotte Gabris

Paris, une terrasse de café ensoleillée. C’est l’heure du déjeuner, les gens font la queue. Les salades sont immangeables, une tasse de thé coûte huit euros, le personnel est abject. Mais les gens font la queue.
Une jeune provinciale est attablée, seule. À ses côtés, une Parisienne attend son amoureux qui tarde à la rejoindre.
Deux femmes qui n’ont a priori rien en commun. Si ce n’est que l’une et l’autre se regardent, se jaugent, se moquent.
Peut-on parler fort, ne jamais sourire, et porter un panier en osier avec autant d’assurance et d’aplomb ? se demande la première.
Peut-on boire un verre de vin en trinquant… avec soi-même, et sembler heureuse malgré tout ? se demande la seconde.Mais sont-elles si différentes ? Et qui sont-elles pour se juger si durement ?
Charlotte Gabris s’amuse ici de la rivalité féminine avec malice.
Et si nous essayions, nous aussi, de déjeuner en paix

Mon avis : Léger, frais,  ce roman est à lire en terrasse avec un petit verre de blanc ou de rosé. Attention, vous allez beaucoup rire. Un écrit franc, drôle et incisif. Et belle surprise à la fin ,  je ne m’y attendais pas du tout. Une belle réussite pour cette humoriste/comédienne qui vient de rajouter une belle corde à son arc.

View this post on Instagram

📚 Déjeuner en paix 📚 . Premier roman de @charlottegabris . . "Paris, une terrasse de café ensoleillée. C'est l'heure du déjeuner, les gens font la queue. Les salades sont immangeables, une tasse de thé coûte 8€, le personnel est abject. Mais les gens font la queue. Une jeune provinciale est attablée, seule. A ses côtés, une Parisienne attend son amoureux qui tarde à la rejoindre. Deux femmes qui n'ont a priori rien en commun. Si ce n'est que l'une est l'autre se regardent, se jaugent, se moquent . Peut-on parler fort, ne jamais sourire, et porter un panier en osier avec autant d'assurance que d'aplomb ? Se demande la première. Peut-on boire un verre de vin en trinquant…avec soi-même, et sembler heureuse malgré tout ? Se demande la seconde. Mais sont-elles si différentes ? Et qui sont-elles pour se juger si durement ?" . 🔹️Mon avis : un livre qui se dévore rapidement. On rigole de cette rivalité féminine, de ces préjugés qui ne cessent de défiler. Mais c'est aussi un livre touchant. Parlant brièvement de divers sujets ( sexisme et bien d'autres ) Et très surprise de la fin. Je ne m'y attendais pas, j'ai été séduite du début à la fin. . Pour continuer sur ce mois de l'amour ♡ quel meilleur accord qu'un verre de vin ( @vins_cotesdegascogne ) servi avec modération grâce à mon @coravin_fr, et un bon bouquin pour un moment détente parfait ? . . #booksofinstagram #book #bookslover #coravin #winelover #instawine #wineday #lecture #books #bookstagrammer #wine #booksporn #Winetime

A post shared by Barbara 🍷 (@viedunecurieuse) on

Le parfum des mimosas de Lydy Williams aka Pteapotes 

Laura dira bientôt au revoir à sa trentaine. Récemment divorcée, sans travail et sans enfant, elle se retrouve dans l’impasse. Littéralement. Puisqu’elle n’a pas d’autres choix que de vivre dans la maison de feu sa grand-mère qui habitait un cul-de-sac, au fin fond de la Gironde rurale avec pour seules voisines, trois vieilles dames légèrement envahissantes. Une cohabitation forcée qui prend des allures de cauchemar pour la citadine qui n’a jamais aimé la campagne et encore moins les personnes âgées avec leurs habitudes agaçantes.Odette, Jacqueline et Madeleine, malgré l’isolement et les épreuves de la vie, ont chacune leur caractère et leurs passions. Laura a bien du chemin à parcourir avant d’accepter son passé, pardonner à son ex-mari et retrouver sa joie de vivre.Mais au détour d’une boite aux lettres, les gens peuvent parfois apprendre à s’apprivoiser … Un roman sur la résilience, la reconstruction et la sororité.

Mon avis : Encore un roman réussi, bien plus intense que le premier. Les rires et les larmes sont au rendez-vous avec Laura et les Marguerites. Une histoire feel-good qui nous enveloppe d’une douceur désarmante. Des caractères bien trempés, mais surtout de l’amour à foison. Et une belle leçon de vie sur le fait de se réinventer et ne pas couler sous les problèmes. Une pépite en auto-édition à se procurer d’urgence !

Les victorieuses de Laetitia Colombani 

À 40 ans, Solène a tout sacrifié à sa carrière d’avocate  : ses rêves, ses amis, ses amours. Un jour, elle craque, s’effondre. C’est la dépression, le burn-out.
Pour l’aider à reprendre pied, son médecin lui conseille de se tourner vers le bénévolat. Peu convaincue, Solène tombe sur une petite annonce qui éveille sa curiosité  : «  cherche volontaire pour mission d’écrivain public  ». Elle décide d’y répondre.
Envoyée dans un foyer pour femmes en difficulté, elle ne tarde pas à déchanter. Dans le vaste Palais de la Femme, elle a du mal à trouver ses marques. Les résidentes se montrent distantes, méfiantes, insaisissables. À la faveur d’une tasse de thé, d’une lettre à la Reine Elizabeth ou d’un cours de zumba, Solène découvre des personnalités singulières, venues du monde entier. Auprès de Binta, Sumeya, Cynthia, Iris, Salma, Viviane, La Renée et les autres, elle va peu à peu gagner sa place, et se révéler étonnamment vivante. Elle va aussi comprendre le sens de sa vocation : l’écriture.

Près d’un siècle plus tôt, Blanche Peyron a un combat. Cheffe de l’Armée du Salut en France, elle rêve d’offrir un toit à toutes les exclues de la société. Elle se lance dans un projet fou  : leur construire un Palais.

Le Palais de la Femme existe. Laetitia Colombani nous invite à y entrer pour découvrir ses habitantes, leurs drames et leur misère, mais aussi leurs passions, leur puissance de vie, leur générosité.

Mon avis : Un livre qui se lit bien trop rapidement. Comme « La Tresse » j’ai adoré tous ces personnages au destin lié. Les femmes y sont touchantes, parfois drôles. Un livre de sororité qui fait du bien à l’âme.

A  fleur de peau de Saverio Tomasella

Je vais mieux depuis quelque temps.
– Ça se voit !
– En même temps, j’ai l’impression d’être plus fragile. C’est curieux, non ? Par exemple, je supporte de moins en moins bien les piques d’Estelle… Je n’arrive pas à passer outre.
– Flo, c’est difficile de ne pas se sentir blessé quand on est attaqué, non ? Pour moi aussi, pour tout le monde. Tu es sensible, voilà tout !
– Trop sensible…
– Comment peut-on être « trop » sensible ? Quelle idée ! La sensibilité est une vraie qualité. Un être humain n’est jamais trop sensible !

Flora a tout pour elle : un fils drôle et adorable, un mari brillant, des amis sincères, un jardin qu’elle aime et un beau cerisier. Pourtant, elle a l’impression que son extrême sensibilité perturbe sa confiance et la pousse parfois à se replier sur elle-même. Un soir, elle rencontre Marc, professeur de yoga… Comment l’aidera-t-il à surmonter son hypersensibilité ?

Mon avis : Un roman qui m’a chamboulé. Réellement. C’est un livre à lire et à offrir pour le bien qu’il procure. J’aime de plus en plus ces romans qui nous donnent des clés pour se comprendre, comme les romans de Raphaëlle Giordano. Une belle découverte.

L’énigme de la Chambre 622 de Joël Dicker 

Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. L’enquête de police n’aboutira jamais.
Des années plus tard, au début de l’été 2018, lorsqu’un écrivain se rend dans ce même hôtel pour y passer des vacances, il est loin d’imaginer qu’il va se retrouver plongé dans cette affaire.
Que s’est-il passé dans la chambre 622 du Palace de Verbier?

Mon avis : J’ai adoré tout autant que j’ai détesté la fin. Quelle déception ces deux dernières pages. Il m’a tenu en haleine tout le temps de ma lecture. Et puis il y a eu un dernier rebondissement, qui pour moi est de trop. Mais je ne regrette absolument pas ma lecture, car j’ai vraiment adoré ce livre. Mais si il

View this post on Instagram

🔹️ L'énigme de la chambre 622 de Joël Dicker 🔹️ . J'ai été séduite dès les premières pages. Le roman est accrocheur, et c'est dur de s'arrêter à chaque chapitre sans vouloir continuer avec un autre. . L'histoire est pas mal, l'écriture est légère mais maîtrisée. Il se passe beaucoup de choses, de nombreux rebondissements. (Sans surprises pour certains, si vous arrivez à lire entre les lignes ). . Par contre la fin 😅 c'est comme un soufflet raté pour moi. Les derniers chapitres ne font que des révélations, et les 4 dernières pages sont de trop pour moi. Quand j'ai refermé le livre, j'ai regardé mon amoureux et j'ai dis "Tout ça pour ça…mouais ". Une déception. Alors c'est un avis assez mitigé pour ma part. Car j'ai adoré le lire…mais la fin 😅 . Et vous vous avez aimé ? . #books #joeldicker

A post shared by Barbara 🍷 (@viedunecurieuse) on

 

L’irrésistible histoire du café Myrtille de Mary Simses 

Ellen Branford, ravissante avocate new-yorkaise, se doit d’exaucer le voeu qu’a formulé sa grand-mère avant de mourir : retrouver son amour de jeunesse et lui remettre sa dernière lettre. Ellen part sur la route, pour s’arrêter à Beacon, petite ville côtière du Maine. Alors qu’elle explore les lieux, elle manque de se noyer – une mésaventure qui fait d’elle une célébrité locale et la pousse littéralement dans les bras d’un certain Roy. Et tandis qu’elle lève le voile sur le passé de sa grand-mère et qu’elle poursuit sa quête, Ellen comprend qu’elle n’aura pas assez d’un séjour de vingt-quatre heures. Mais lorsque son fiancé vient jusqu’à Beacon à sa rescousse, la jeune femme doit repenser la vie qu’elle veut vraiment avoir…
Une irrésistible comédie romantique qui prône les plaisirs d’une vie simple.

Mon avis : C’est une lecture facile. Pas de suspens, on sait déjà ce qu’il se passe à la lecture du résumé. C’est un livre digne d’un téléfilm de M6. Même si on connait d’avance la fin; on se laisse séduire par les personnages et l’histoire, et on dévore les lignes jusqu’à la dernière page.

View this post on Instagram

💙 Kube💙 . . La box parfaite pour les amoureux des livres. On retrouve dans notre colis : . 🔹️ un livre sélectionné avec amour par un libraire Kube, accompagné de son petit mot. . 🔹️Une petite gazette . 🔹️De la gourmandise pour accompagner la lecture 🔹️ Une carte postale a renvoyer au libraire, un marque-page, des goodies. . 👉 Mon avis sur "L'irrestible histoire du café myrtille" : une douce lecture. En lisant la 4ème de couverture nous savons déjà ce qu'il va se passer. Un peu comme les téléfilms romantique de M6. Mais, on se laisse porter par l'histoire délicate, avec des situations cocasses. J'ai bien aimé être accompagné par ces personnages pendant quelques jours. Une lecture simple mais pas ennuyeuse. . . #Books #Book #Kube #laboxKube #bookaddict #goodday #goodmoment #partenariatavecmaCB

A post shared by Barbara 🍷 (@viedunecurieuse) on

La fin des temps Haruki Murakami 

Quand on est brusquement jeté dans les ténèbres totales sans y être préparé, on perd tous ses moyens pendant un moment.Couronné par le prestigieux prix Tanizaki, La Fin des temps est le quatrième roman de Haruki Murakami, où se mêlent délicieusement deux mondes entre réel et merveilleux, le  » Pays des merveilles sans merci  » et la  » Fin du monde

Mon avis : C’est mon premier roman de Haruki Murakami. Je savais qu’il avait une façon d’écrire et un imaginaire particulier. Mais je me suis laissée happer par cette histoire. Les personnages sont quelque peu déjantés. La lecture est facile, on passe d’un monde à l’autre.  Une histoire d’ombre fabuleuse. C’est un véritable bijou de lecture.

View this post on Instagram

🔹️ Mardi Conseil 🔹️ . Plongez-vous dans l'univers de Haruki Murakami et delectez-vous de ces romans incroyables. . J'ai mis beaucoup de temps à le lire, mais j'ai adoré ce bouquin. Des personnages drôles et un peu déjantés. Cette histoire d'ombre , "ce monde réel et irréel ". Je suis vraiment séduite. . Ce n'est clairement pas le genre de livre que je bouquine d'habitude, mais je suis heureuse d'avoir découvert l'univers de l'auteur par ce roman. . Cette photo, pour annoncer que je participe au challenge de #recyclivre et ce roman rentre dans la catégorie "Un livre avec la couverture Bleue" . Je vous parlerai de @recyclivre bientôt sur le blog. Spoiler alert : on achète des livres à petits prix et on fait une BA 🙏 . #challengelecturerecyclivre #booksaddict #harukimurakami #book #bookstagram #bookslover #book #booklove #read #livreaddict

A post shared by Barbara 🍷 (@viedunecurieuse) on

Sacrées Sorcières de Pénélope Bagieu 

Les enfants sont répugnants ! Ils puent ! Ils empestent ! Ils sentent le caca de chien ! Rien que d’y penser, j’ai envie de vomir ! Il faut les écrabouiller ! Les pulvériser ! Écoutez le plan que j’ai élaboré pour nettoyer l’Angleterre de toute cette vermine…Attention ! Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n’importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants. La Grandissime Sorcière compte bien les faire tous disparaître. Seuls un jeune garçon et son extravagante grand-mère, semblent capables de l’en empêcher

Mon avis : Quel plaisir de retomber en enfance, sur une histoire de Dhal, revisitée par Pénélope Bagieu. Les dessins sont beaux. L’histoire nous captive même à 30 ans. Un bonbon à dévorer sans modération, avec les enfants ou non.

Le jardin de l’oubli de Clarisse Sabard 

1910. La jeune Agathe, repasseuse, fait la connaissance de la belle Otero, célèbre danseuse, dans la villa dans laquelle elle est employée. Une rencontre qui va bouleverser sa vie, deux destins liés à jamais par le poids d’un secret. Un siècle plus tard, Faustine, journaliste qui se remet tout juste d’une dépression, se rend dans l’arrière-pays niçois afin d’écrire un article sur la Belle-Epoque. Sa grand-tante va lui révéler l’histoire d’Agathe, leur aïeule hors du commun. En plongeant dans les secrets de sa famille, la jeune femme va remettre en question son avenir. Et la présence du ténébreux, mais très secret Sébastien y est également pour quelque chose…

Mon avis : La délicatesse de se livre, je crois que c’est un de mes préférés de cette autrice au grand talent. Un pur moment d’évasion, de douceur, d’amour et de rire.

Et vous, quels sont vos lectures pour cet été ?

Les liens que je vous partage sont des sites en lignes, ils sont là  à titre indicatif (prix, etc etc) n’oubliez pas de privilégier vos petites librairies qui ont aussi besoin de nous.

 

Découvrez toutes mes idées lectures sur le blog 

 

Laisser un commentaire