« Cupidon a des ailes en Carton » Raphaelle Giordano

Cupidon-a-des-ailes-en-carton

« Cupidon à des ailes en carton » est le nouveau roman à dévorer. Après les phénomènes de « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » et « Le jour où les lions mangeront de la salade verte. », Raphaëlle Giordano continue dans le développement personnel sur l’amour cette fois-ci.

 

Cupidon a des ailes en carton :

Cupidon a des ailes en carton

Meredith aime Antoine. Éperdument. Mais elle n’est pas prête. Comédienne en devenir, ayant l’impression d’être encore une esquisse d’elle-même, elle veut éviter à leur histoire de tomber dans les mauvais pièges de Cupidon. Alors, il lui faut se poser les bonnes questions : comment s’aimer mieux soi-même, aimer l’autre à la bonne distance, le comprendre, faire vivre la flamme du désir ? Meredith pressent qu’avec ce qu’il faut de travail, d’efforts et d’ouverture, on peut améliorer sa capacité à aimer, son  » Amourability « .

Son idée ? Profiter de sa prochaine tournée avec sa meilleure amie Rose, pour entreprendre une sorte de « Love Tour ». Un tour du Moi, un tour du Nous, un tour de l’Amour.

Aussi, afin de se préparer à vivre pleinement le grand amour avec Antoine, elle doit s’éloigner. Prendre le risque de le perdre pour mieux le retrouver. Ils se donnent 6 mois et 1 jour. Le compte à rebours est lancé, rythmé par les facéties de Cupidon.

Meredith trouvera-t-elle ses réponses avant qu’il ne soit trop tard ?

Mon avis : ce livre est une gourmandise, comme une barbe à papa. On s’enroule dedans, on se délecte à chaque page. C’est léger, et drôle. Raphaëlle Giordano arrive une nouvelle fois à nous donner des clés du bonheur sans pour autant nous donner un récit indigeste comme beaucoup de livres sur le développement personnel. Le tout sur un sujet délicat, l’amour. Comment vivre une histoire, aussi belle soit-elle, sans tout gâcher, sans s’oublier. Évidemment, les personnages sont attachants, même si Mérédith m’a un petit peu énervée,  je suis admirative de son épanouissement. En revanche, j’ai adoré Rose, sa meilleure amie qui est drôle, et protectrice envers ses deux amis. Cependant, je suis un peu déçue de la fin du roman… je crois que j’attendais plus, car je ne voulais pas que le livre se termine. En bref, foncez et plongez sur ce livre.

Raphaelle Giordano :

J’ai eu la chance de la rencontrer  lors de sa séance dédicace chez Mollat à Bordeaux. Raphaelle Giordano est un soleil. Vous la voyez, vous êtes de suite en train de sourire. Lors de notre échange, j’ai appris beaucoup d’elle.  Une personne créative, d’ailleurs c’est un de ses piliers. Elle en a besoin, c’est son oxygène. Et si en plus de cela il y’a l’amour, son second pilier, alors elle s’envole et elle s’amuse. C’est pourquoi pour ce troisième opus, elle s’est penchée sur l’amour. Tout le monde aime l’amour à sa manière. Il n’y à pas qu’une seule et unique façon d’aimer.

 

Retrouvez tous mes avis sur les livres ICI.

 

*Article en partenariat avec l’agence Madame Kotoba  

 

 

Laisser un commentaire